Pourquoi Paris 2024 s’est pris un gros râteau

Toutes les campagnes de crowdfunding ne décrochent pas la timbale. Il y en a même qui se prennent de jolis râteaux

Le dernier exemple en date: la campagne pour financer une partie de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024. Gros le râteau? Les organisateurs espéraient engranger 12 millions d’euros. Seuls 630.000€ ont été récoltés (5%). Pourtant, la fin de la campagne a été repoussée deux fois, en vain, et les contreparties étaient plutôt sympathiques (participation au parcours de la flamme olympique, maillot d’un athlète,…).

Alors pourquoi un tel échec?

Erreur n°1: le manque de communication
Le Comité national olympique français a peu communiqué autour de la campagne de crowdfunding. Juste quelques tweets. Or pour qu’une campagne fonctionne, il faut la faire connaître et sans cesse réactiver son réseau et les réseaux sociaux.

Erreur n°2: des organisateurs peu convaincus

Pour que votre campagne fonctionne, vous devez être le premier à y croire. Ca n’a pas été le cas ici. Le coprésident du Comité a même déclaré: «Le crowdfunding n’est pas quelque chose d’essentiel pour nous.» Dans ces conditions, qui a envie de donner?

Erreur n°3: des montants imposés

Dans une campagne, il est important de laisser aux contributeurs le choix de la somme qu’ils souhaitent donner. Pour Paris 2024, l’objectif était de séduire 2.024 contributeurs apportant 2.024€ par an pendant trois ans en référence à la date des Jeux olympiques. Pour les plus petites bourses, il était possible de verser 20,24€ par an.